Aux côtés de l’Homme depuis des millénaires, le chien s’est adapté mais ses besoins nutritionnels lui sont propres. Les connaître et les respecter sont un gage de son bien-être et de sa santé.

La nature féline du chat fascine toujours. S’il s’adapte avec une apparente facilité à la vie quotidienne, ses besoins nutritionnels lui sont cependant propres. Les connaître et les respecter sont un gage de son bien-être et de sa santé.

De par sa composition, un aliment Nutrition Santé Royal Canin apporte l’ensemble des nutriments essentiels formulés au plus juste afin de contribuer chaque jour et durablement au bien-être et à la santé de chaque animal, selon son âge, sa taille, son statut physiologique et sa race.

L’innovation au service de la santé des chats. Depuis plus de 40 ans, ROYAL CANIN se nourrit de l’expérience d’éleveurs partenaires et de vétérinaires nutritionnistes pour aller toujours plus loin dans l’innovation et la précision, et ainsi formuler des réponses nutritionnelles qui couvrent parfaitement les réels besoins des chiens et des chats.

Produits vétérinaires

Accueil > Le Chaton et le Chat > Le Chat > Vivre avec son chat > Prévenir l'embonpoint

Vivre avec son chat

Soyez vigilant !

Le chat est supposé réguler lui-même ses prises de nourriture en fonction de ses besoins. Or, selon les pays, 25 à 40% des chats observés par les vétérinaires présentent des signes de surpoids. Il convient alors d’être vigilant en proposant un aliment Nutrition Santé modéré dans ses apports énergétiques.

Chez les chats domestiques, l’embonpoint est une préoccupation grandissante.

De nombreux facteurs l’expliquent :
le chat est devenu un animal citadin, stérilisé, avec un accès à l’extérieur restreint ou impossible, ce qui entraîne une modification de ses besoins énergétiques. Alors qu’à l’extérieur, un chat de 4 kg a besoin d’environ 300 kcal/jour, à l’intérieur sa dépense n’est plus que de 200 kcal/jour, soit un tiers de moins.
De plus, un chat sédentaire qui se voit proposer à volonté des aliments très riches en matières grasses et en énergie est moins apte à réguler sa consommation.

Outre la beauté de sa ligne, c’est surtout la santé du chat qui risque d’être affectée.
Le surpoids est en effet un signe précurseur d’obésité et l’obésité est associée à de nombreux autres risques pathologiques : diabète, calculs urinaires, douleurs articulaires, troubles cutanés …

Comment apprécier l’embonpoint d’un chat ?

Même sans peser le chat, des indicateurs de son état d’embonpoint sont perceptibles rien qu’en le caressant et en l’observant attentivement.

Les côtes et la colonne vertébrale ne doivent pas être visibles mais être facilement palpables. Quand on regarde le chat de profil ou du dessus, la taille doit être bien marquée et le ventre ne doit pas tomber.
Si l’abdomen apparaît distendu et qu’il faut enfoncer ses doigts pour toucher les côtes, il est urgent de réagir !

Le poids idéal est en général atteint à la fin de la croissance, entre 8 et 12 mois pour la plupart des chats. Cela peut constituer un point de repère très utile pour le reste de la vie du chat car il faudra tenter de conserver ce poids de forme, quel que soit le mode de vie du chat.

Les facteurs qui prédisposent

L’incidence de l’embonpoint est très supérieure chez les chats inactifs par rapport aux chats ayant accès à l’extérieur. Un chat bien nourri ayant accès à l’extérieur peut chasser au moins 4 heures par jour. Dès lors, on comprend combien il est nécessaire pour un chat qui ne sort pas de pouvoir extérioriser ces comportements naturels liés à son instinct de chasse : jouer, escalader, sauter…
L’ennui est un des meilleurs amis de l’embonpoint ! Un arbre à chat, des jouets et de l’attention au quotidien alliés à une alimentation Nutrition Santé adaptée à sa vie à l’intérieur offrent une bonne réponse au risque de prise de poids.
Quant aux « friandises », elles sont tout simplement à proscrire, sauf si elles respectent ses besoins alimentaires et sont intégrées dans le calcul de la ration quotidienne.

La vie à l’intérieur va souvent de pair avec la stérilisation. Très rapidement le chat peut augmenter son ingestion journalière de nourriture de 20% alors même qu’il diminue ses dépenses d’énergie d’environ 30%, augmentant ainsi le risque d’embonpoint. Une surveillance de son poids alliée à un aliment Nutrition Santé adapté à ses nouveaux besoins de chat stérilisé aideront alors à préserver son poids de forme.