Aux côtés de l’Homme depuis des millénaires, le chien s’est adapté mais ses besoins nutritionnels lui sont propres. Les connaître et les respecter sont un gage de son bien-être et de sa santé.

La nature féline du chat fascine toujours. S’il s’adapte avec une apparente facilité à la vie quotidienne, ses besoins nutritionnels lui sont cependant propres. Les connaître et les respecter sont un gage de son bien-être et de sa santé.

De par sa composition, un aliment Nutrition Santé Royal Canin apporte l’ensemble des nutriments essentiels formulés au plus juste afin de contribuer chaque jour et durablement au bien-être et à la santé de chaque animal, selon son âge, sa taille, son statut physiologique et sa race.

L’innovation au service de la santé des chats. Depuis plus de 40 ans, ROYAL CANIN se nourrit de l’expérience d’éleveurs partenaires et de vétérinaires nutritionnistes pour aller toujours plus loin dans l’innovation et la précision, et ainsi formuler des réponses nutritionnelles qui couvrent parfaitement les réels besoins des chiens et des chats.

Produits vétérinaires

Accueil > Le Chaton et le Chat > Le Chat > Vivre avec son chat > Le soigner et l'entretenir

Vivre avec son chat

Participer au bien-être et à la santé de votre chat

Brossage, soin des griffes, des yeux, des oreilles et des dents sont des gestes simples qui prodigués régulièrement participent au bien-être et la santé du chat

S’il a été bien socialisé lorsqu’il était chaton, un chat adulte doit avoir l’habitude de ces quelques gestes qui représentent les soins de base à lui prodiguer tout au long de sa vie. En cas d’opposition, il faudra déployer beaucoup de patience et de douceur et ne pas hésiter à demander conseil auprès de son vétérinaire ou de professionnels comme son éleveur ou un toiletteur.

Débarrasser le pelage du poil mort

Outre sa fonction esthétique - une fourrure brossée est en effet plus belle - le brossage évite au chat d’ingérer une trop grande quantité de poils morts lors de sa toilette. Il ne faut pas oublier que cette activité représente 30% de son temps et que la mue pour un chat vivant à l’intérieur se produit tout au long de l’année. L’élimination fécale des poils ingérés peut représenter un volume quotidien de 10 cm3 environ pour un chat de 4 kg. !
Le poil long du Persan exige quotidiennement un soigneux démêlage avec un peigne. La fourrure est ensuite brossée puis aérée. Sur un poil court et plat, comme celui du Siamois ou de l’Abyssin, quelques caresses fermes de la main suffisent. Un passage de brosse souple hebdomadaire est nécessaire pour un poil mi-long, comme celui du Maine Coon. Il en est de même pour un pelage à poil court avec sous poil, comme celui de l’Exotic Shorthair.

Le pelage est le miroir de l’équilibre alimentaire. Un déficit en protéines ou la carence en certains acides aminés peuvent accélérer la chute des poils, ralentir la pousse et être responsables d’un poil terne et cassant. La beauté naturelle du pelage peut être renforcée par un aliment Nutrition Santé* contenant les éléments nutritionnels indispensables pour favoriser la croissance, la brillance et le renouvellement du pelage.

A surveiller

Des impuretés peuvent s’accumuler dans le coin interne de l’œil. Elles se nettoient délicatement avec une compresse stérile humidifiée d’une lotion oculaire réservée à cet usage. Tout comme son nez, ses yeux ne doivent pas couler.

Pour une bonne hygiène bucco-dentaire, le brossage quotidien des dents qui prévient l’apparition du tartre est essentiel. Il existe pour les chats des dentifrices très appétents que l’on peut passer sur les dents à l’aide d’une brosse spéciale ou d’une compresse repliée.
Dans tous les cas, la dentition du chat doit être surveillée régulièrement. 2 chats sur 3 sont en effet concernés par les affections bucco-dentaires. On peut alors proposer un aliment Nutrition Santé* sec formulé pour contribuer à maintenir une bonne hygiène bucco-dentaire. Il participera efficacement à limiter la formation du tartre par un effet mécanique de brossage de la croquette sur les dents et par des agents actifs spécifiques qui captent le calcium salivaire et empêchent son dépôt sous forme de tartre.
Le pavillon externe des oreilles ne doit révéler aucun corps étranger. Au besoin, une compresse ou un peu de coton humidifié avec une lotion spéciale l’en débarrassera. Les cotons tiges ne doivent pas être utilisés.

Les griffes

Epointer les griffes du chat ne constitue en rien une mutilation. Cela présente au contraire l’avantage d’amoindrir les éventuelles griffures ou dégâts sur le mobilier d’un animal vivant à l’intérieur. Pour mener aisément cette action, et si le chat ne veut pas se laisser faire, il peut alors être maintenu enveloppé dans une serviette d’où on laisse passer la tête et la patte concernée. A l’aide d’un coupe-ongles ou d’une paire de ciseaux prévue à cet effet, il suffit d’appuyer doucement sur la dernière phalange pour faire sortir une griffe après l’autre. Il faut être attentif à ne couper que la partie translucide de l’ongle sans atteindre la partie rose qui saignerait et ne pas oublier l’ergot des pattes avant !

Au bain ?

Un jeune chat qui a été présenté en exposition féline a l’habitude d’être toiletté puisque son pelage doit en effet être impeccable pour passer entre les mains du juge. Une fois adulte, même s’il ne fréquente plus les expositions de beauté, le rituel du bain peut être conservé à condition d’utiliser un shampooing spécial, de bien chauffer la pièce, de placer un tapis antidérapant dans quelques centimètres d’eau, et de mouiller progressivement le chat avant de passer le shampooing. Le rinçage minutieux est suivi d’une friction douce avec une serviette, le chat toujours bien tenu au chaud tant que ses poils ne sont pas secs. Certains chats cependant ne s’habitueront jamais au bain. En cas de nécessité, il existe des poudres non parfumées, équivalent d’un shampooing sec, qu’il faudra bien éliminer par le brossage ensuite.

Toute modification dans l’apparence ou le comportement du chat nécessite de réagir dans les plus brefs délais en l’emmenant chez le vétérinaire.

Vaccins, vermifuge et antiparasitaire

La vaccination confère au chat une immunité contre une maladie déterminée. Typhus, coryza, leucose, ces dangereuses affections peuvent être évitées grâce à la vaccination à condition de bien respecter le calendrier des rappels établi par le vétérinaire.

Pour lutter contre l’infestation par les parasites internes, un chat doit être vermifugé régulièrement tout au long de sa vie avec un produit prescrit par le vétérinaire. En cas d’infestation par les puces, le vermifuge doit lui être à nouveau administré car le chat peut attraper des vers plats (Dypilidium) en avalant une puce ! Vermifuger est un acte de santé primordial car les chats peuvent transmettre certains de ces parasites à l’Homme ! Les parasites externes tels que les puces et les poux peuvent également être nocifs. Un antiparasitaire délivré par le vétérinaire permettra de traiter efficacement le chat, dès l’âge de 2 mois. Il est souvent utile de traiter également en parallèle l’environnement de l’animal.

Griffoir, arbre à chat pour le bien-être de tous…

Les dégâts causés par les griffes des chats sur les fauteuils, canapés et autres papiers peints sont un des principaux reproches que les possesseurs de chats font à leur petit compagnon. Des dégâts facilement maîtrisables avec un griffoir vertical ou encore mieux un arbre à chat.

Réalisé très simplement avec un tronc en bois recouvert de sisal sur lequel sont montés des plates-formes ou des cachettes sur plusieurs étages, l’arbre à chat procure au chat un domaine qui lui est propre. Il peut y exercer ses talents de grimpeur, y trouver un poste d’observation et de repos et y faire ses griffes à volonté.