Aux côtés de l’Homme depuis des millénaires, le chien s’est adapté mais ses besoins nutritionnels lui sont propres. Les connaître et les respecter sont un gage de son bien-être et de sa santé.

La nature féline du chat fascine toujours. S’il s’adapte avec une apparente facilité à la vie quotidienne, ses besoins nutritionnels lui sont cependant propres. Les connaître et les respecter sont un gage de son bien-être et de sa santé.

De par sa composition, un aliment Nutrition Santé Royal Canin apporte l’ensemble des nutriments essentiels formulés au plus juste afin de contribuer chaque jour et durablement au bien-être et à la santé de chaque animal, selon son âge, sa taille, son statut physiologique et sa race.

L’innovation au service de la santé des chats. Depuis plus de 40 ans, ROYAL CANIN se nourrit de l’expérience d’éleveurs partenaires et de vétérinaires nutritionnistes pour aller toujours plus loin dans l’innovation et la précision, et ainsi formuler des réponses nutritionnelles qui couvrent parfaitement les réels besoins des chiens et des chats.

Produits vétérinaires

Accueil > Le Chiot et le Chien > Le Chien > La cynophilie mondiale > La cynophilie dans l monde

La cynophilie mondiale

Plusieurs organismes

D’autres organismes œuvrent aux côtés de la FCI sans y être attachés : le Kennel Club (KC) au Royaume-Uni, l’American Kennel Club (AKC) aux États-Unis et le Canadian Kennel Club (CKC) au Canada, L’Australian National Kennel Council (ANKC) en Australie et le Bermuda Kennel Club (BKC) aux Bermudes.

The Kennel Club (KC)

Créé en 1873, au Royaume-Uni le Kennel Club est la plus ancienne institution consacrée aux chiens de race. En plus de l’émission des pedigrees et de la diffusion de programmes de dépistages, le KC organise environ 6 000 manifestations canines par an dont la plus renommée et prestigieuse, au plan international, est sans aucun doute “Crufts” qui rassemble plus de 25 000 chiens sur quatre jours et qui requiert une qualification pour y participer. Son organe officiel est le Kennel Club Gazette publié chaque mois.

L’American Kennel Club (AKC)

La création de l’AKC date de 1884. Il est formé de clubs et d’associations de races mais admet aussi des clubs multiraces. Les salariés de cette grande association se répartissent entre la Caroline du Nord et l’État de New York. L’AKC organise plus de 13 000 manifestations canines par an, et innove également dans de nombreux domaines comme la création d’un institut de formation pour juges canins ou celle d’une fondation pour la recherche en santé canine. L’AKC dispose de ses propres standards. Il existe aux Etats-Unis une seconde institution, l’UKC

Fondé en 1898, il reconnaît des races comme l’American Pitt Bull Terrier ou l’American Bulldog qui ne sont pas reconnues par la FCI. Il enregistre des chiens des cinquante états américains ainsi que de plus de treize pays et organise chaque année plus de 13000 évènements.

Bermuda Kennel Club (BKC)

Dernière-née des fédérations, le BKC, créé en 1955, a suivi les règles du Canadian Kennel Club en matières d’expositions et de concours de travail jusqu’en 1967. Il organise deux expositions annuelles, l’une en automne et l’autre au printemps.

Australian National Kennel Council (ANKC)

L’ANKC, créé en 1949, accepte les mêmes standards mais, bien qu’affilié à la FCI, il s’autorise des jugements un peu différents parmi les 153 races qu’il reconnaît. L’ANKC Council est composé d’un président, d’un administrateur et de deux délégués pour chacun des huit États membres qui se réunissent une fois par an, le troisième week-end d’octobre.

Les juges sont choisis par le conseil général de chaque État parmi des candidats qui doivent justifier d’une expérience cynophile d’au moins dix ans. L’Australie compte actuellement environ 1880 juges et 334 clubs de races. L’ANKC semble enregistrer une baisse du nombre d’inscriptions de chiens depuis 1986 ainsi que du nombre d’adhérents depuis 1995.

Canadian Kennel Club (CKC)

Le CKC, créé en 1888, dont le siège situé à Toronto compte environ 25 000 membres adhérents à titre individuel, représentés par 12 délégués élus par les différentes régions et reconnaît actuellement 174 races. Après une période d’interdiction, les juges canadiens sont de nouveau autorisés à officier lors d’expositions internationales de la FCI.